top of page
  • Roland Kauffmann

L'art de lire est un art de vivre

Dernière mise à jour : 20 juin 2023

Guebwiller 11 juin 2023, baptême de Maëlys Frick


Vous avez entendu ce matin le sermon sur la montagne lu par Mathys. Lorsque j'ai proposé à Mathys de lire ce texte, c'était avant tout comme un cadeau qu'il pouvait faire à sa petite sœur Maëlys lors de son baptême. Et en fait, je me suis rendu compte en y réfléchissant que cela allait en réalité bien plus loin que le simple fait de lire un texte.


En effet, il se passe aujourd'hui quelque chose d'extraordinaire, un événement majeur dont nous ne percevons peut-être pas toute la portée, habitués que nous sommes au rituel du baptême que nous vivons parfois comme une survivance du passé. Nous avons plusieurs baptêmes prévus dans les semaines à venir et nous en avons célébré un autre au moment du culte de Pentecôte. Les baptêmes se suivent, ils ont toujours la même forme, ils se ressemblent mais ils ne sont en réalité jamais les mêmes. Chaque baptême est unique, chaque baptême est particulier parce qu'il répond à une situation particulière, qu'il est à chaque fois un message particulier qui correspond à une personne bien particulière.


Le caractère unique de chacun et chacune d'entre-nous


Aujourd'hui, c'est Maëlys qui est à l'honneur dans sa singularité et son caractère absolument unique. En proclamant l'amour de Dieu inconditionnel de Dieu pour toi, Maëlys, qui nous regarde du haut de tes six ans, nous disons que tu es une personne merveilleuse telle qu'il n'en a jamais existé et qu'il n'en existera jamais d'autre comme toi ! Tu peux être fière d'exister car le monde est entièrement différent depuis que tu es née. J'espère que tu en as conscience et le souvenir de cette journée de ton baptême devra te le rappeler chaque fois que dans ta vie, tu commencera à en douter et à te dire que tu ne vaux rien, que tu n'es pas assez ceci ou cela. Tu pourras toujours te dire « quoi qu'il arrive, je compte aux yeux de Dieu, je suis importante pour lui et j'ai de la valeur pour lui. Quoi qu'il arrive tu es importante, non seulement aux yeux de tes parents que tu vois, mais tu es aussi importante aux yeux de celui que tu ne vois pas. C'est ce que tu as entendu dans cette histoire qu'a raconté ton frère Mathys. Jésus en parlant à ses disciples et en leur racontant cette histoire des oiseaux du ciel qui ne sèment ni ne moissonnent et pourtant Dieu veille sur eux, veut leur dire à quel point eux, les femmes et les hommes qui suivent Jésus sont plus importants encore aux yeux de Dieu que ne le sont les oiseaux et les fleurs.


Et ce qui est vrai pour toi Maëlys, l'est aussi pour chacun et chacune d'entre-nous qui l'entendons aujourd'hui. J'ai dit que tu es absolument unique et que le monde est plus beau depuis que tu existe, c'est vrai et j'ai dit la même chose au moment du baptême de ton frère Mathys le jour de la Pentecôte en 2016. Et j'ai dit la même chose, peut-être avec d'autres mots lors du baptême de ta mamoun, Coralie, il y a de cela bien des années. Et tous les pasteurs de la paroisse ici ont dit a peu près la même chose à chacun et chacune d'entre-nous qui avons été un jour baptisés. La différence, c'est que toi Maëlys, tu es assez grande pour l'entendre, comme l'était Coralie, alors que Mathys était tout petit et que beaucoup d'entre-nous l'étaient également lorsqu'ils ont été baptisés. Et chaque baptême est ainsi pour nous les adultes, l'occasion d'entendre à nouveau cette vérité de l'importance que nous avons aux yeux de Dieu, malgré tout ce qui nous en éloigne et nous tient à distance de Dieu.

Parce que nous les adultes, nous avons parfois du mal à croire à l'amour inconditionnel de Dieu. Parce que parfois la vie est difficile, parce que parfois la vie est sombre et dure, parce que la maladie, les difficultés de toutes sortes font que c'est difficile de croire qu'elle vaut la peine d'être vécue. Et que parfois, on a juste envie de disparaître et de ne pas être là. Parfois les adultes sont comme vous les enfants, quand les choses ne se passent pas bien, vous allez vous cacher et parfois les adultes font pareil, ils voudraient se cacher parce qu'ils ont peur et doutent d'être aimés. C'est naturel, c'est normal et les adultes parfois devraient faire comme vous les enfants quand vous retournez parler à vos parents, même après avoir fait une grosse bêtise, vous allez demander pardon, vous allez dire ce qui vous pèse et vous embête parce que vous faites comme Jésus le disait à ceux qui le suivaient : « parlez à Dieu comme à un père qui vous aime ».


La proximité du Dieu éternel

Voilà ce qui compte, c'est de comprendre que Dieu, celui au nom de qui nous t'avons baptisé, toi Maëlys, toi Mathys et toi Coralie et nous tous ici qui avons été baptisés, est proche de nous et que nous pouvons nous adresser à lui comme à quelqu'un pour qui nous avons de l'importance et qui veut notre bonheur et notre bien, qui nous aime et à qui nous pouvons tout dire en confiance, nos joies et nos peines. Et de la même manière, Maëlys, quand tu va parler à maman ou mamoun pour lui dire tes chagrins ou ce qui te fait plaisir, elles te parlent aussi, elles te disent ce qui leur a déplu dans ton attitude, dans ce que tu as dit ou fait et comment elles voudraient que tu te comporte désormais et tu leur promets de mieux faire et de changer, de devenir plus grande, plus gentille et de faire ce qu'elles te demandent parce que tu sais que c'est ce qui est le mieux pour toi. Tu n'y arrives pas toujours mais tu essaie de t'améliorer.

Mais avec les parents, c'est facile, ils sont là tout près et on peut leur parler mais comment on fait avec Dieu ? Les parents, on les voit, Dieu on ne le voit pas, alors comment on fait pour lui parler et savoir ce qu'il veut ? Et comment on doit faire pour répondre à son amour pour nous ? Et bien on fait ce que Mathys a fait tout à l'heure, on va chercher dans la Bible ce qu'il veut pour nous. Nous avons un trésor qu'il faut préserver, protéger et garder au plus profond de nous-mêmes. Depuis des siècles et des siècles, des hommes et des femmes ont été inspirés par l'Esprit de Dieu pour nous dire ce qu'ils ont compris de ce Dieu qui nous aime plus que les oiseaux du ciel et les fleurs de la terre. Et de générations en générations, nous nous transmettons ce trésor sous différentes formes. Mathys l'avait reçu lors de son baptême et c'est dans ce livre qu'il a lu l'histoire de Jésus qui parle de Dieu comme d'un père qui nous aime. Et dans ce livre, dans ce trésor, tu trouveras beaucoup d'autres histoires qui t'aideront à grandir et à comprendre que si Dieu t'aime, c'est aussi pour que tu changes et devienne chaque jour une personne meilleure.

Vous recevez des Bibles pour enfants pour que vous puissiez les lire vous mêmes et qu'après vous puissiez demander à vos parents ce que ça veut dire et aussi vous dire à vous-même ce qu'il faut faire. En grandissant, vous recevrez au fur et à mesure des Bibles pour les grands jusqu'à ce que vous receviez lors de votre confirmation la Bible qui pourra vous accompagner toute votre vie, en tout cas on l'espère.

Mathys et Maëlys, vous savez que vous êtes des enfants et que vous allez devenir grands, que vous serez différents de ce que vous êtes aujourd'hui de la même manière que vous n'êtes plus des bébés et vous en êtes bien contents. Et bien c'est la même chose pour devenir grands. On change, on n'est plus pareil mais plus on grandit plus on peut choisir ce que l'on veut devenir mais ce qui compte, c'est justement de bien choisir ce que l'on veut devenir et pour cela c'est dans ce trésor qu'il faut chercher pour ne pas devenir n'importe quoi et n'importe qui.


La loi de la liberté

Aujourd'hui, Maëlys, tu n'as pas reçu n'importe quel livre mais tu as reçu celui qui contient la « loi de la liberté », le livre qui nous dit que pour plaire à Dieu, il faut aimer les autres plus que soi-même, celui qui dit qu'il faut s'occuper de tous ceux qui sont dans la peine et dont les orphelins et les veuves sont l'exemple. Ce livre que tu as reçu, Maëlys, est comme un miroir. C'est ce que nous dit l'apôtre Jacques : un miroir dans lequel nous nous voyons tel que nous sommes. Et qu'est-ce qu'on fait avec un miroir ? Et bien on se corrige. La Bible que tu as reçu nous dit comment nous sommes et elle nous dit comment nous devons nous corriger pour grandir et devenir de belles personnes. On n'y cherche pas seulement à savoir qui est Dieu et ce qu'il veut. Elle nous montre comment nous sommes et comment nous devons changer pour nous améliorer et être plus libres. Pour Jacques, comme pour tous les hommes et les femmes de la Bible, il ne suffit pas d'écouter, ni de lire, ni d'entendre, il faut changer. Lire la Bible, c'est ce qui te permettra, Maëlys, comme à chacun et chacune d'entre nous, les adultes de mieux te connaître, de découvrir qui tu es et comment tu te réveilles le matin et de savoir ce qu'il faut changer pour devenir plus aimante, plus juste et plus libre.

C'est ainsi que tu découvriras comme nous que l'art de lire la Bible est aussi un art de vivre. Un art de lire et de vivre que tu découvriras, nous l'espérons. C'est que veut dire Jacques quand il nous parle de « loi parfaite », cette loi qui loin de nous opprimer, de nous empêcher d'être, veut justement que nous devenions des hommes et des femmes tels que Dieu l'a voulu et ce qui est la clé du bonheur dans l'action même et ce que nous te souhaitons de tout cœur, Maëlys.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page