top of page
  • Matthieu Denni

Le bâtard de Nazareth


Dans son nouveau roman "Le bâtard de Nazareth", Metin Arditi réinterprète avec audace l’enfance et l’apostolat de Jésus-Christ. Grâce à une langue lumineuse et des chapitres limpides, la plume de l’auteur genevois offre un éclairage nouveau et universel.


Réécrire l’histoire de Jésus-Christ, une gageure? Pas pour Metin Arditi qui se plonge dans la vie de Jésus-Christ alors qu’il est en train de terminer l’écriture d’un autre roman. Une fiction dans laquelle l’écrivain souhaite raconter la manière dont les moniales d’un monastère grec autour des années 1950 reprennent possession de leur corps en acceptant de se faire photographier. "Comme toujours quand on fait des recherches, on ne tombe pas sur ce que l’on recherchait", partage avec malice l’écrivain à la RTS.

Afin de comprendre le rapport entre le corps charnel et la foi, le romancier se lance dans la lecture des évangiles et des épîtres et y découvre des passages sublimes. Notamment dans la première épître aux Corinthiens de l’apôtre Paul, qui le subjugue. Puis, par hasard, il tombe sur un article écrit par l’historien et théologien lausannois Daniel Marguerat, un texte qui va lui faire "tilt". Dans l’extrait, l’exégète suisse évoque un Jésus mamzer, "bâtard" en français. Et l’idée d’un Jésus conçu hors mariage, d'un Jésus bâtard, séduit alors notre écrivain.


Parmi les grands épisodes de la vie de Jésus-Christ, Metin Arditi a choisi d’en adapter certains, un choix qui lui a semblé naturel: "Je me laissais guider par la plume. Il y avait malgré tout certains évènements avec lesquels je n’étais pas d’accord, tels qu’ils sont écrits dans les évangiles", confie-t-il avec audace.


Parmi eux, il y a la rencontre de Jésus enfant à Jérusalem, avec les docteurs de la Loi. Un moment-clé dans la vie du Christ étant donné qu’il impressionne la foule, à l’âge de douze ans. Les docteurs, éblouis par son charisme, sa révolte et ses idées novatrices lui feront un accueil favorable.


Dans la version d’Arditi, les paroles que Jésus profère à l’encontre des Lois n’obtiennent aucunement le retour positif escompté et il se fait chasser, avec Joseph et Marie, de Jérusalem.


Autre exemple, les quarante jours dans le désert. Arditi transforme ces quarante jours en un tête-à-tête singulier entre Jésus et…. Judas! Un long mois durant lequel ce dernier tente de convaincre l’enfant de Marie d’agir en révolutionnaire et de se rendre devant les grands prêtres de Sanhédrin pour s’opposer aux lois d’exclusion des Juifs "bâtards".


En effet, les deux hommes partagent la souffrance commune d’être traités comme des pestiférés, des mamzer. Un statut auquel ils ne peuvent pas se soustraire et qui les maudit sur dix générations. Attristé par la mort d’Elie, un jeune enfant lui aussi mamzer, Jésus décide de se présenter devant les prêtres pour plaider sa cause et celle de Judas. Après la crucifixion du Christ, Judas se révèle alors bien plus qu’un simple disciple et ami, peut-être son successeur…


Matthieu Denni


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page